Vous êtes ici:

"Chers vignerons, de grâce, luttez contre l'oïdium!"

Par Jean Moullart | Publié le 27 Mars 2012 à 06:46
"Chers vignerons, de grâce, luttez contre l'oïdium!"

Le programme « In vino qualitas », mené conjointement par le Groupe ICV (Institut Coopératif du Vin) et BASF Agro, a été conduit sur cépages Carignan (rouge) et Chardonnay (blanc) durant 5 ans, de 2006 à 2011, en Languedoc-Roussillon. Il avait déjà confirmé, en 2008, le fort impact de l’oïdium sur le rendement et avait permis de définir des seuils de nuisibilité de la maladie du point de vue oenologique, tant en rouge qu’en blanc. En effet, une fréquence de 5 à 10% de grappes très attaquées avec présence de baies nanifiées affecte les qualités olfactives et gustatives (amertume, sécheresse en bouche…) des vins. Hier, lundi 26 mars 2012, le Groupe ICV et BASF Agro ont présenté, les résultats de la phase II du programme « In vino qualitas ». Les journalistes ont pu apprécier concrètement les stratégies de protection (vigne non traitée/ vigne traitée économiquement/ vigne traitée en raisonné/ vigne traitée en stratégie sécurité) en dégustant des cuvées issues de ces quatre stratégies. Le résultat est net : le vin blanc Chardonnay issu des stratégies « non traité » et « économique » offre de piètres qualités olfactives et gustatives tandis que les vins issus des stratégies « sécurité » et « raisonnée » ont été unanimement appréciés. "Chers Vignerons, n'hésitez pas à combattre l'oïdium pour le plus grand plaisir de nos papilles!"

Lancer la discussion sur le forum

La phase II du programme « In Vino Qualitas », de 2009 à 2011, a comparé trois stratégies de protection contre l’oïdium (à un témoin non traité) et a mesuré leur impact technico-économique et organoleptique.

Les résultats confirment la nuisibilité de la maladie, tant sur la quantité que sur la qualité de la vendange et du vin, ainsi que la nécessité d’intervenir dans le cadre d’une stratégie de  protection précoce et avec des produits performants.

 

L’ICV en déduit deux fondamentaux :

 

Traiter « tôt et fort » les vignes pour optimiser sa pratique de lutte anti-oïdium, quitte à renoncer aux 2 derniers traitements

Les trois stratégies de protection contre l’oïdium (« sécurité », « économique » et « raisonné ») comparées à un témoin non traité, ont montré que, si le raisin est sain (aucune grappe touchée à plus de 15% au stade fermeture de la grappe), il est envisageable de renoncer au dernier, voire aux deux derniers traitements, selon les cépages. La maladie pourra progresser, mais sans atteindre des seuils préjudiciables pour la qualité.

A l’inverse, il est totalement déconseillé de supprimer un des premiers traitements : prendre le risque de laisser l’oïdium s’installer, c’est se mettre en demeure de maintenir la protection jusqu’à la véraison, et parfois de recourir à des traitements « curatifs » particulièrement onéreux en Juillet.

 

 

Investir dans la lutte anti-oïdium, c’est assurer sa rentabilité avec des gains nets importants

Côté économique l’étude a montré que, sur la base d’un ratio d’1 € de plus investi dans le programme « sécurité » (avec des fongicides « haut de gamme »), par rapport à un programme « économique » (avec des fongicides moins performants), le gain net était de + 16 € en 2009 et de + 44 € en 2011. En matière d’oïdium, il convient de faire attention aux fausses économies.

Privilégier une bonne protection pour garantir le rendement et la qualité de la vendange est le meilleur moyen d’assurer la rentabilité de sa production.

 

 

A propos du Groupe ICV (Institut Coopératif du Vin)

Le Groupe ICV est le plus grand laboratoire oenologique de France (et du monde). Il intervient auprès de 250 caves coopératives et 1200 domaines du Sud de la France, auxquels il fournit différentes prestations : analyses de vin par ses 9 laboratoires accrédités COFRAC, conseil technique (en vinification, viticulture, conditionnement, management de la qualité), formation, mise au point et distribution de produits oenologiques, appui dans le domaine de la recherche-développement. En 2011, le Groupe ICV employait près de 150 salariés, pour un chiffre d’affaires de 13 M€. De statut coopératif, créé il y a plus de 60 ans, l’entreprise a toujours su préserver ses valeurs : assurer le meilleur service pour ses sociétaires et clients, innover en permanence, afin d’accompagner les caves dans un développement durable. Les bénéfices sont régulièrement investis dans l’entreprise, qui peut ainsi rester en permanence à la pointe en matière d’équipement et de formation des salariés. Près de 5 % du chiffre d’affaires est affecté à la recherche-développement. Notre mission, mettre notre savoir-faire au service des projets de nos clients, leur faire bénéficier de notre art et notre expertise du vin.

 

 

 

En photo: Vincent Jacus, responsable Filières pôle Cultures Spéciales chez BASF, pris en flagrant délit de dégustation (!)




Images associée(s) à cette actualité :


Commentaire(s)


Autres articles sur BASF Agro

Protection des cultures
Après les premières applications du Zampro® MZ (association d’Initium® et de mancozèbe) de cette saison, BASF France - Division Agro met en avant pour la saison prochaine un nouveau mode d’action biochimique...
Lire la suite >>>
Protection des cultures
BASF Division Agro vient d’obtenir l’homologation de l’herbicide Canopia sur toutes céréales à paille d’hiver et de printemps. Cet anti-gaillet à large spectre dicotylédones sera commercialisé dès la campagne...
Lire la suite >>>
Protection des cultures
La technologie Clearfield colza proposée par BASF allie un herbicide de post-levée à des hybrides de colza qui lui sont tolérants. Afin d’en mesurer l’efficacité, la firme phytosanitaire a fait réaliser...
Lire la suite >>>
Protection des cultures
La rouille jaune a connu une pression exceptionnelle en 2014 sur l’ensemble du territoire français en 2014, et bon nombre d’experts s’accordent à dire que la maladie pourrait aussi être au rendez-vous...
Lire la suite >>>
Protection des cultures
La firme phytosanitaire Basf vient d'homologuer Librax, spécialité a base de Xemium et de Metconazole. Xemium est la molécule SDHI la plus utilisée et le metconazole est efficace sur septoriose et  rouilles....
Lire la suite >>>

Les Cours MATIF

Blé MATIF

Déc 2020 212.75€/T   1.25
Mar 2021 211.75€/T   1.50
Mai 2021 209.25€/T   0.75
Sep 2021 193.00€/T   0.50

> > > Tous les cours du Blé MATIF, Maïs MATIF et Colza MATIF

Les cotations sont fournies par vwd group

Les Guides conso

Tout savoir sur le contrôle obligatoire des pulvérisateurs

Le dispositif de contrôle périodique obligatoire des pulvérisateurs est effectif depuis le 1er  janv (...)

> > > Tous les guides conso

Forum

Derniers posts

Entrée SIMA gratuite.

publié par damien2222

avis prix chambre a air

publié par Fly49

Bien le bonjour

publié par anto RCB

Le Baromètre des marques Octobre