Vous êtes ici:

Crop Relay : les tests du constructeur Horsch

Par Joagri | Publié le 17 Mars 2018 à 00:08
Crop Relay : les tests du constructeur Horsch

Le Crop Relay permet de faire deux récoltes la même année sur la même parcelle. En Europe cela consiste à faire une culture dérobée à condition de récolter très tôt la céréale et d’avoir suffisamment d’humidité dans le sol après la moisson.

Lancer la discussion sur le forum

Le principe du relay cropping est d’augmenter les chances de semer et de récolter deux cultures dans l’année. Il faut implanter la seconde culture dans la première, avant qu’elle ne soit arrivé à maturité. Aujourd’hui, les idées sont nombreuses : sarrasin implanté dans le colza, graminée semée dans le maïs...

 

 

Parmi toutes ces possibilités, L’entreprise Horsch a testé deux années de suite une forme de relay cropping : nous avons semé au printemps dans la culture de blé ou d’orge d’hiver une seconde culture, qui croît pendant que le blé ou l’orge poursuit son développement et murit. La seconde culture implantée en relay cropping se développe après la moisson du blé ou de l’orge pour être récoltée à la fin de l’été.

 

 

 

 

 

Lors du choix de la seconde culture, il faut garder à l’esprit que celle-ci ne doit pas dépasser les épis de blé qui seront moissonnés en premier lieu. Le maïs était donc exclu, nous nous sommes alors tournés vers le chou fourrager.

 

 

Nous avons mesuré les différences de rendement entre une parcelle de blé semée en crop relay et une parcelle semée de manière conventionnelle. Nous avons également eu deux dates de semis : une avant la montaison et une autre avant l’épiaison. Il est clair qu’en semant avant l’épiaison, les dommages générés au blé sont moins nombreux que lorsque le semis a été réalisé plus tôt. Mais selon les plantes semées, ce n’est pas toujours possible. Cette année, le printemps a été très sec. Tous les choux semés ont levé. Les choux semés avant la montaison avaient suffisamment de réserve pour survivre au sec alors que ceux semés avant l’épiaison n’ont pas survécu. La récolte du blé s’est déroulée de la même manière qu’en 2016 ; en faisant attention de ne pas rouler sur le rang en développement.

Au niveau des rendements en blé, ils se sont établis à 50% en dessous de la moyenne quinquennale, à cause de la sécheresse. Il n’y avait pas de différence significative à observer entre une parcelle en crop relay et une parcelle conventionnelle.

 

 

Après la récolte du blé, le chou a poursuivi son développement. Au 15 septembre, il y avait environ quatre tonnes de matière sèche produite par ha, ce qui aurait été impossible à produire en double culture à Schwandorf avec une récolte de blé début août. Le chou n’aurait eu que sept semaines pour se développer.

Cette récolte supplémentaire constitue un véritable levier économique. Dans le cas du chou, avec quatre tonnes de matière sèche par hectare vendues à 100€/T à une unité de biogaz, cela permet de générer 400 € de chiffre d’affaire supplémentaire par hectare. Si l’on impute à ce chiffre d’affaire les coûts de 50 €/ha de semence, de 80 €/ha de semis et de 120 €/ha d’ensilage, cela offre 150 €/ha de marge supplémentaire, sans toutefois dégrader le niveau de rendement du blé.

 

 

Cette technique de crop relay n’en est qu’à ses débuts. Elle doit être encore optimisée mais elle ouvre la voie à la double culture dans beaucoup de régions où elle n’est actuellement pas possible. Elle ne peut néanmoins s’établir que dans des régions où le potentiel de rendement en blé ne sera pas affecté, c’est à dire des régions avec un potentiel jusqu’à 8 tonnes par hectare. Elle montre un intérêt agroécologique évident :

  • optimisation de l’utilisation de la photosynthèse,
  • réduction des herbicides,
  • couverture permanente du sol,
  • réduction de l’érosion,
  • stockage de la matière organique dans le sol.

D’autres essais seront mis en place sur les écartements de semis en blé d’une part et d’autre part avec d’autres cultures comme le du lin oléique, du sarrasin ou encore des cultures fourragères afin de continuer à évaluer la technique.

 

 

Source : Horsch




Images associée(s) à cette actualité :


Commentaire(s)


Les Cours MATIF

Blé MATIF

Mai 2018 163.00€/T   -1.00
Sep 2018 166.25€/T   -1.25
Déc 2018 170.00€/T   -1.00
Mar 2019 173.75€/T   -0.75

> > > Tous les cours du Blé MATIF, Maïs MATIF et Colza MATIF

Les cotations sont fournies par vwd group

Dernières vidéos

Les Guides conso

Tout savoir sur le contrôle obligatoire des pulvérisateurs

Le dispositif de contrôle périodique obligatoire des pulvérisateurs est effectif depuis le 1er  janv (...)

> > > Tous les guides conso

Forum

Derniers posts

info tracteur

publié par philippe57

bonjour

publié par midu08

Vous en êtes à quoi ?

publié par Job462

Le Baromètre des marques Mars

Logo de Fendt

Catégorie Tracteurs

Logo de Claas

Catégorie Moissonneuses-batteuses

Logo de Grégoire Besson

Catégorie Outil de travail du sol

Logo de Monosem

Catégorie Semoirs Monograines

Logo de Manitou

Catégorie Chargeurs télescopiques

Logo de Joskin

Catégorie Remorques

Logo de Amazone

Catégorie Pulvérisateurs

Logo de Bayer CropScience

Catégorie Produits phytosanitaires

> > > Participez au baromètre des marques
> > > Voir les baromètres des mois précédents