Vous êtes ici:

Visite de la sucrerie Tereos d'Origny Sainte Benoite

Par Jean Moullart | Publié le 18 Novembre 2009 à 01:54
La campagne d'arrachage des betteraves touche à sa fin en France. Eric de la Chesnais, journaliste au Figaro en charge des affaires agricoles a visité la sucrerie Tereos d'Origny Sainte Benoite dans l'Aisne près de Saint Quentin. Regardez la vidéo...
Lancer la discussion sur le forum

 

Réception des betteraves

A l'entrée de l'usine, les véhicules sont pesés, puis dirigés vers le centre de réception pour l'analyse des betteraves. A cet effet, une sonde prélève trois échantillons par véhicule. Les échantillons sont pesés, lavés et repesés.


Préparation mécanique de la betterave

La reprise des betteraves stockées et leur transport vers l'usine se fait par "voie hydraulique". Les betteraves passent par des installations de désherbage et d'épierrage puis par le lavoir où elles sont débarrassées de la terre, par passage à travers les faisceaux de centaine de jets d'eau sous pression.
Les betteraves lavées sont acheminées par bande transporteuse jusqu'à un silo alimentant des coupe-racines : ces appareils assurent le découpage des cossettes.


Extraction du sucre des cossettes

Les cossettes sortant des coupe-racines sont acheminées, toujours par bande peseuse, dans un grand tambour appelé "diffusion continue" où se fait l'extraction par lessivage et par osmose du sucre contenu dans les cossettes.
Le diffuseur a un diamètre de 5 m et une longueur de 40 m.

Le courant d'eau à 75° qui traverse le tambour de diffusion, en contact permanent avec la betterave découpée, se charge de tout le sucre des cossettes. Ces cossettes épuisées, appelées pulpes, sont pressées pour les débarrasser du maximum d'eau et permettre leur ensilage.


Epuration par la chaux (chaulage) et le gaz carbonique (carbonatation)

Le jus sortant de la "diffusion" contient environ 15 % de sucre et toutes les impuretés solubles contenues dans les betteraves. Pour éliminer les impuretés, il faut soumettre le jus à une purification.
L'agent d'épuration employé est la chaux, produite par calcination de pierres calcaires dans un "four à chaux", puis transformée en lait de chaux. Ce lait, mélangé au jus de diffusion, amorce la séparation des impuretés, mais ne permet pas leur décantation. Le "jus chaulé" doit encore être soumis, dans des appareils à carbonater, à l'action du gaz carbonique récupéré par aspiration au sommet du four à chaux.
La chaux précipite alors sous forme de carbonate de chaux, dont les grains entraînent les impuretés les plus fines. Impuretés et chaux sont éliminées par filtration. La chaux chargée d'impuretés, appelées écumes, constitue le meilleur amendement calcaire pour les terres agricoles.


Evaporation

Le jus épuré ne contient que 15 % de sucre et il faut le concentrer avant de passer à la "cuisson", c'est-à-dire à la cristallisation du sucre. L'évaporation est réalisée dans une batterie de corps tubulaires, chacun travaillant à une température plus basse que le précédent.
Le dernier corps travaille sous vide partiel, à environ 85° pour éviter la caramélisation du sucre, mais aussi pour utiliser au maximum l'énergie calorifique de la vapeur servant au chauffage.
A la sortie de la station d'évaporation, le "jus dense" ou "sirop" contient environ 65 % de saccharose.


Cristallisation

La cristallisation s'effectue dans des appareils à cuire sous vide partiel et à une température d'environ 75° par souci d'économie d'énergie mais surtout pour éviter la caramélisation. L'amorce de cristallisation s'effectue grâce à l'introduction de fins cristaux de sucre. La cuisson se poursuit jusqu'à l'obtention de la masse cuite composée des cristaux de sucre entourés de leur eau mère.

 

Essorage

La "masse cuite" est "essorée". La force centrifuge développée par les turbines sépare les cristaux, en les retenant dans un panier perforé, des restes d'eau sucrée appelées "eau-mère" ou "égouttures".
Les centrifugeuses tournent à 1.200 tours à la minute! Les cristaux de sucre restent dans le tamis, tandis que les eaux mères s'en échappent. Les cristaux, parfaitement purs et blancs, sont dirigés vers le séchage.
Les "eaux-mères" ou égouts composés d'eau, de sucre et de quelques impuretés, contiennent encoure beaucoup de sucre. Elles sont soumises à une nouvelle cuisson, avec formation de cristaux et à un nouvel essorage : c'est le 2ème jet.


Raffinage

Grâce à la raffinerie, il est produit exclusivement du sucre parfaitement pur répondant à la qualité CEE N° 1.
Ainsi le 2ème jet est refondu pour être dirigé vers les appareils à cuire de sucre raffiné (1er jet).




Images associée(s) à cette actualité :


Commentaire(s)


Autres articles sur Groupe Tereos

Les Cours MATIF

Blé MATIF

Sep 2018 208.00€/T   3.25
Déc 2018 210.25€/T   2.75
Mar 2019 211.50€/T   2.75
Mai 2019 212.00€/T   2.75

> > > Tous les cours du Blé MATIF, Maïs MATIF et Colza MATIF

Les cotations sont fournies par vwd group

Les Guides conso

Tout savoir sur le contrôle obligatoire des pulvérisateurs

Le dispositif de contrôle périodique obligatoire des pulvérisateurs est effectif depuis le 1er  janv (...)

> > > Tous les guides conso

Forum

Derniers posts

Le Baromètre des marques Juillet

Logo de Massey-Ferguson

Catégorie Tracteurs

Logo de Case IH

Catégorie Moissonneuses-batteuses

Logo de Lemken

Catégorie Outil de travail du sol

Logo de Monosem

Catégorie Semoirs Monograines

Logo de JCB

Catégorie Chargeurs télescopiques

Logo de Le Boulch

Catégorie Remorques

Logo de Amazone

Catégorie Pulvérisateurs

Logo de Syngenta

Catégorie Produits phytosanitaires

> > > Participez au baromètre des marques
> > > Voir les baromètres des mois précédents