Vous êtes ici:

Pour Agritel, la crise de la dette des Etats entrainera la baisse des matières premières

Par Jean Moullart | Publié le 08 Août 2011 à 11:11
Pour Agritel, la crise de la dette des Etats entrainera la baisse des matières premières
 « La dégradation de la note souveraine de la dette américaine ébranle les marchés financiers, entrainant très vite dans leur sillage les marchés des matières premières agricoles. » explique Michel Portier, Expert, spécialiste de la gestion des risques de prix et directeur de la société Agritel, basée à Paris avec des bureaux à Kiev (Ukraine) et prochainement en Chine et Amérique du Sud.
Lancer la discussion sur le forum

En effet, ajoute Michel Portier, "si jusqu’à ces dernières semaines les cours des matières premières agricoles se maintenaient sur des niveaux relativement élevés, en dépit de la faiblesse des indices boursiers, la violence de la crise financière actuelle entraine cette fois-ci dans son sillage toutes les matières premières à l’exception d’une seule valeur refuge: l’or.

D’un point de vue fondamental, il y a une certaine logique qui est de dire que la crise économique équivaut à un ralentissement de la demande. Oui, jusqu’à un certain niveau, car nous sommes sur des produits de première nécessité et à faible élasticité. On constate une fois de plus la connexion qui peut exister entre tous les marchés et tous les produits, en dépit de leurs fondamentaux propres. C’est ainsi que ce lundi, après la poursuite de la chute des marchés boursiers, les cours du colza, par sympathie, cédaient 3.5% sans raison fondamentale.

Les marchés sur-réagissent aux indicateurs économiques.

Preuve est faite une nouvelle fois que la transparence des marchés ou que l’accentuation des flux d’informations sont source de volatilité, et non le contraire !

Faut-il rappeler que le G20, le 22 juin dernier, s’est attaché à vouloir une meilleure visibilité en termes d’information. Or encore une fois, le problème n’est pas tant la connaissance de l’information que le traitement qui en est fait.

A titre d’exemple : le monde entier savait, depuis plusieurs mois, qu’une crise alimentaire se profilait en Somalie. Et pourtant il me semble que les grands dirigeants de ce monde n’ont pris aucune mesure préventive pour empêcher ce scandale de l’humanité ! »

 

 

 


A propos de la société Agritel :

Agritel est une société de conseil spécialisée dans la gestion du risque de prix dans les secteurs agro-alimentaire et agro-industriel, confrontés à une volatilité croissante des prix. Agritel apporte les outils et le savoir-faire utilisés depuis plusieurs décennies dans le monde de la finance en matière de gestion des risques et de couverture. Agritel apporte donc son expertise aux acteurs du monde financier sur les fondamentaux des marchés agricoles. Créée en 2001 par Michel Portier, l’agence Agritel décline aujourd’hui son expertise sur trois métiers : la formation, l’information et le conseil. Elle est présente en France, en Ukraine et prochainement en Chine.




Images associée(s) à cette actualité :


Commentaire(s)


Autres articles sur Agritel

Services
Michel Portier, expert des matières premières agricoles, directeur d’Agritel, vient tout juste de rentrer d'un séjour aux Etats-Unis. Il s'interroge sur les conséquences des emblavements de maïs record...
Lire la suite >>>
Services
Subissant la volatilité du monde financier, l’Agritel Volatility Index, mesure synthétique de la volatilité des options des marchés blé, colza et maïs Euronext, a rebondi en fin de mois à 24 % après près...
Lire la suite >>>
Services
A l’image des fortes fluctuations observées sur les marchés des grains, les cours des engrais connaissent des variations importantes qui se sont traduites par une augmentation de l’ordre de +60% sur...
Lire la suite >>>
Services
La crise financière revient sur le devant de la scène, nourrie des difficultés politiques à résorber définitivement la crise des dettes publiques et de la dégradation de l’environnement macroéconomique,...
Lire la suite >>>
Services
Le contexte actuel est marqué par des appels d’offres en série des pays importateurs de céréales. La Russie dont les prix à la mi-juillet étaient 35€/t plus compétitifs que les prix français rafflent...
Lire la suite >>>