Vous êtes ici:

Haro sur la tuberculose bovine

Publié le 14 Décembre 2012 à 00:12
Haro sur la tuberculose bovine

Il existe une souche bovine (Mycobacterium bovis), responsable de la tuberculose bovine, qui peut être transmise à l’homme dans certaines conditions mais qui touche principalement les bovins. En France, plus de 99% des cas de tuberculose chez les humains sont dûs à la souche humaine de la maladie (Mycobacterium tuberculosis). Depuis quelques années, les autorités sanitaires font face à une augmentation progressive du nombre de cas qui est passé d’une cinquantaine à une centaine par an avec une concentration des cas dans certaines zones localisées en Côte d’Or, en Dordogne, en Camargue et dans le Sud-Ouest. La maladie s’est également développée chez certaines espèces d’animaux sauvages (sangliers, cerfs et blaireaux), ce qui rend son éradication plus complexe.

La maladie de la tuberculose bovine se transmet aux animaux

- Par inhalation de gouttelettes émises lors de la toux ou d’aérosols contaminés (lorsque les bovins se reniflent de mufle à mufle par exemple).

- Par ingestion, inhalation ou léchage de matières contaminées : lait, eau d’abreuvement, fourrage, pierres à lécher, etc.

- Certaines sécrétions comme le sperme ou l’urine peuvent également être contaminantes.

Comme la maladie évolue lentement, pendant des mois, voire des années, avant qu’elle ne tue un animal atteint, celui-ci peut la transmettre à de nombreux autres animaux de l’élevage avant de commencer à présenter des signes cliniques.

 

 

 

Prévention de la maladie de la tuberculose bovine

Dans les années 1950, environ la moitié des troupeaux bovins étaient touchés par la tuberculose bovine, maladie d’origine bactérienne due à Mycobacterium bovis.

L’assainissement du cheptel se fait par détection de la maladie dans les troupeaux et élimination des bovins issus des troupeaux infectés, la lutte par traitements antibiotiques ayant toujours été interdite pour des raisons de santé publique. Grâce à des efforts de lutte conséquents, à partir des années 2000, moins de 0,05% des troupeaux étaient infectés.

Cela a permis à la France d’obtenir le statut « officiellement indemne de tuberculose bovine » délivré par la Commission européenne. Ce statut n’implique pas que la maladie a été complètement éradiquée mais que moins de 0,1% des troupeaux sont infectés.

Le faible niveau d’infection obtenu a permis de réduire la pression de surveillance dans la plupart des départements, cette surveillance étant très contraignante pour l’ensemble de la filière. La surveillance à l’abattoir a toutefois été maintenue de façon systématique. Depuis quelques années, le nombre de nouveaux cas détectés a augmenté progressivement en passant d’une cinquantaine à une centaine par an avec une concentration dans des zones bien identifiées Côte d’Or, Dordogne, Camargue, Pyrénées-Atlantiques/Landes.

La maladie s’est également développée chez certaines espèces d’animaux sauvages (sangliers, cerfs et blaireaux), ce qui rend son éradication plus complexe.

Le niveau atteint par cette augmentation ne modifie par le risque pour la santé publique qui reste négligeable compte tenu de la faible prévalence de la maladie (environ une centaine de nouveaux cas par an) et des mesures réglementaires de sécurité sanitaire pour les produits alimentaires issus des bovins : inspection systématique des carcasses, contrôles réguliers des élevages livrant du lait cru pour la consommation humaine, traitement thermique du lait issu des troupeaux suspects. Les problèmes de recrudescence de tuberculose rencontrés actuellement chez l’homme sont dûs à une autre souche de bactérie ( Mycobacterium tuberculosis).

 

Afin de préserver les bénéfices de l’assainissement obtenu et d’éviter que la maladie ne s’installe durablement dans la faune sauvage, il convient d’agir pour inverser la tendance.

 

 

Un plan d’action national contre la tuberculose bovine

La DGAL a mis en place en novembre 2010 un plan d’action national afin de renforcer le dispositif de surveillance existant. Ce plan s’articule en trois axes :

- Renforcer la prévention,

- Poursuivre l’éradication,

-  Renforcer le pilotage à tous les niveaux et mobiliser les ressources nécessaires

 

Une deuxième version du plan d’action national de lutte contre la tuberculose bovine a été établie en 2012 après concertation avec les partenaires techniques et professionnels. Ce plan prévoit un renforcement des mesures de gestion lors de suspicions de tuberculose, conformément à la réglementation européenne.

Le renforcement du pilotage de ce plan et son positionnement interministériel ont vocation à garantir que les éléments identifiés seront mis en œuvre et qu’au besoin de nouvelles adaptations pourront être apportées pour faire face à l’évaluation de la situation.

Ce plan positionne la lutte contre la tuberculose bovine dans les priorités de la Direction générale de l’Alimentation pour les trois prochaines années.

La Lutte contre la tuberculose en 2010 et 2011 représentait environ 20 millions d’euros dont environ 75 % en assainissement des foyers (indemnisation des animaux abattus). Les mesures prévues par le plan d’action représentent un surcoût d’environ 10 millions d’euros en indemnisation (60 %) et en renforcement des moyens de surveillance (20 %) et des aides aux structures en charge de la lutte contre la maladie (20 %) pourront être apportées pour faire face à l’évolution de la situation.

Les Cours MATIF

Blé MATIF

Déc 2018 201.25€/T   0.00
Mar 2019 204.00€/T   0.00
Mai 2019 205.75€/T   0.00
Sep 2019 189.50€/T   0.00

> > > Tous les cours du Blé MATIF, Maïs MATIF et Colza MATIF

Les cotations sont fournies par vwd group

Les Guides conso

Tout savoir sur le contrôle obligatoire des pulvérisateurs

Le dispositif de contrôle périodique obligatoire des pulvérisateurs est effectif depuis le 1er  janv (...)

> > > Tous les guides conso

Forum

Derniers posts

création d'un étang

publié par titou887

petit nouveau

publié par jeffarmer79

Choix de tracteur

publié par francoisriz

Le Baromètre des marques Septembre

Logo de Fendt

Catégorie Tracteurs

Logo de John Deere

Catégorie Moissonneuses-batteuses

Logo de Vaderstad

Catégorie Outil de travail du sol

Logo de Monosem

Catégorie Semoirs Monograines

Logo de Massey-Ferguson

Catégorie Chargeurs télescopiques

Logo de Joskin

Catégorie Remorques

Logo de John Deere

Catégorie Pulvérisateurs

Logo de Syngenta

Catégorie Produits phytosanitaires

> > > Participez au baromètre des marques
> > > Voir les baromètres des mois précédents